Bandeau titre du site

Universités sous tension

JPEG - 133.7 ko

Cet ouvrage, coordonné par des militant-e-s de Sud-Étudiant, vise à produire, dans une démarche collective, un regard réflexif sur le mouvement contre le CPE et la loi dite pour l’« Égalité des chances » (LEC). Une des questions fondamentales posées par les mouvements sociaux est celle de leur naissance, de leur structuration et de leurs pratiques. Partant des pratiques les plus locales (des moyens d’actions tels que les blocages économiques ou les pratiques démocratiques dans les assemblées générales), les auteur-e-s s’intéressent aussi aux tensions qui ont existé entre les formes d’autoorganisation et la stratégie de l’intersyndicale nationale. Ces analyses s’appuient sur les contributions de syndicalistes, ainsi que sur des entretiens avec différents acteurs de la mobilisation (Annick Coupé, des militant-e-s lycéen-ne-s, etc). À l’opposé d’une fascination passéiste, l’ouvrage propose avant tout de réfléchir aux angles morts du mouvement de 2006. Il se nourrit ainsi de l’expérience accumulée lors du conflit de l’automne 2010. Il interroge aussi le « rendez-vous manqué » entre le mouvement social « traditionnel » et la jeunesse des quartiers populaires, puisque la LEC constituait la réponse gouvernementale au soulèvement des banlieues. En définitive, cet ouvrage constitue un outil dont l’objectif est bien de servir la réflexion militante sur les problèmes actuels auxquels se confrontent les mouvements sociaux, tout en proposant des pistes de réponses par l’évocation des pratiques de lutte.

Pour toute commande : sud-etudiant@sud-etudiant.org

8 euros

Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile