Bandeau titre du site

Augmentation des postes dans l’éducation !

documents joints


cp recrutement educ
fichier PDF
89.5 ko

Le 15 juillet, le ministère de l’éducation a annoncé le nombre de postes offerts au recrutement des enseignant-e-s pour l’année 2010-2011 : au total, ce sont 11 600 places offertes, contre 15 125 en 2010, 15 600 en 2009, 18 600 en 2008 et environ 22 000 postes en 2007.
Le primaire connaît une baisse particulièrement forte de 3000 postes de professeur-e-s des écoles.
Depuis 5 ans, l’offre de postes a baissé de moitié, et nous pouvons craindre que cette tendance s’accentue dans les années à venir.
Le ministère justifie la baisse du recrutement dans le primaire par le fait que 8 300 enseignant-e-s y seraient actuellement en "surnombre" en raison de l’anticipation, les années précédentes, d’un nombre de départs à la retraite supérieur aux départs réels.

Devant cette baisse continuelle, Sud étudiant ne peut que s’insurger contre la mise au banc de l’éducation par le gouvernement. Nous dénonçons le mépris du ministère pour le rôle des professeur-e-s au profit de quelques économies.

Cette énième réduction de postes entre en corrélation avec la réforme sur la formation des enseignant-e-s qui a provoqué l’an dernier un vaste mouvement dans les universités et les IUFM et a duré plus de 5 mois.
C’est en septembre de cette année que rentre en vigueur la réforme de la masterisation, qui prévoyait le concours des professeur-e-s à bac +5 au lieu de bac+3 (c’est-à-dire à la suite de la licence).
L’une des accusations clés reposait sur le fait que les étudiant-e-s non reçu-e-s au concours à la fin de leur master d’enseignement, se verraient affecté-e-s à des postes de vacations, autrement dit des emplois non titulaires précaires dans plusieurs établissements à la fois.
La logique dans laquelle nous nous trouvons fait que, moins de postes sont offerts à des étudiant-e-s qui sont de moins en moins nombreux à pouvoir accéder ne serait ce qu’au concours d’enseignant. Le gouvernement vide l’éducation de ses professeur-e-s !
Une autre facette de la réforme imposait aux étudiant-e-s un stage pratique dévalorisé et moins rémunéré les plongeant un peu plus dans la précarité.
Le master d’enseignement, qui commence à voir le jour dans plusieurs universités à la rentrée, est une formation de contractuel-le-s dépréciée et couplée à une baisse des postes à la sortie.

De plus, les nouvelles maquettes présentées au CNESER, donnent une répartition inégalitaire entre les régions pour l’accès à ces formations qui ne permet pas d’assurer l’accès et les conditions de réussite aux concours sur l’ensemble du territoire. Par exemple, si l’agrégation de Mathématique ne voit de master correspondant qu’à Metz et Nancy, celle d’Histoire géographie est tout simplement omise des formations présentées au cours de ce CNESER. A la rentrée, nombre d’académies ne disposeront pas de formation permettant de préparer certaines disciplines de concours.

Non aux économies sur l’éducation ! Sud étudiant continuera de revendiquer l’augmentation des postes au CAPES et à l’agrégation, la rémunération des stages et de dénoncer la réforme néfaste de la masterisation.

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 20 juillet 2010


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile