Bandeau titre du site

FACE A LA CONTESTATION : LE GOUVERNEMENT RADICALISE LA REPRESSION

Face à la mobilisation qui s’organise dans les universités contre la LRU, le gouvernement ne cherche même plus à défendre sa propre loi. Au lieu de cela il préfère réprimer et écraser contestation à encourager les président d’université à fermer les universités, par l’envoie de CRS pour évacuer les grévistes dans les universités de Paris 1-Tolbiac, Aix-Marseille 1, Nantes. Une nouvelle étape a été franchie ce matin par l’envoi de l’armée à Paris X-Nanterre. En effet ce matin, la Présidence de Nanterre a fait appel aux Gardes Mobiles de la Gendarmerie Nationale pour démonter les piquets de grève par la force.
Nous prenons acte, aujourd’hui, de la radicalisation du gouvernement, ce qui nous conforte dans la pertinence et la légitimité de notre lutte. Alors que nous défendons une université gratuite, publique, ouverte à tous et toutes, la titularisation des personnels de l’université de plus en plus précaires, le renforcement de la recherche fondamentale indépendante des intérêts privés et à court terme, la réponse du gouvernement est la matraque, les gaz lacrymogènes et les fermetures administratives. Cela revient à dire qu’aujourd’hui les étudiant-e-s ne sont plus les bienvenu-e-s dans leur université, qu’elle est aujourd’hui la propriété du Président et de son Conseil d’Administration ainsi que des chefs d’entreprise.
La fédération de Sud-étudiant dénonce toutes interventions policière et militaire dans les universités, tout comme l’a acté la coordination nationale de Rennes ce week-end. Nous appelons tout-e-s les étudiant-e-s et personnels à participer aux AG de leur université et à prendre part activement à la grève car elle concerne chacun d’entre nous.

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 12 novembre 2007


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile