Bandeau titre du site

Faisons du 8 avril un nouveau pas vers l’abrogation de la LRU

Demain aura lieu une nouvelle journée de manifestations après plus de deux mois de grève. La stratégie gouvernementale de pourrissement de la situation ne semble pas encore payer. Valérie Pécresse a déjà tenté en vain d’arrêter le mouvement de grève dans l’enseignement supérieur en appelant à la reprise des cours estimant que les revendications du mouvement avaient été écoutées par le gouvernement.
Cependant la grève est bien encore là et la journée de manifestations du jeudi 2 avril a permis de montrer que le mouvement loin de s’arrêter continuait sur sa lancée avec plus de manifestant-e-s que lors de la précédente journée de manifestations. C’est pourquoi Lionel Collet, président de la Conférence des présidents d’université (CPU), a décidé de jouer les petites mains du gouvernement en appelant lui aussi de manière incantatoire à la reprise des cours. N’ayant pas peur du ridicule Mr Lionel Collet use et abuse d’arguments aussi fallacieux que les sois disantes avancées du gouvernement sur les revendications du mouvement oubliant que la masterisation s’appliquera bel et bien dans un an, que le mouvement de suppression de postes dans l’enseignement supérieur n’a été en rien arrêté et que la L.R.U. (loi d’autonomie des universités) socle commun des revendications universitaires n’a pas été abrogé. Pire, il accuse la grève universitaire de faire fuir les étudiant-e-s vers les filières sélectives de par le trop grand nombre de grèves. En réalité la seule chose que Mr Lionel Collet a démontré c’est qu’il était un valet tout à fait serviable pour le gouvernement.

Face à ces mensonges et ces tromperies, la Coordinations nationales des universités a appelé à continuer la mobilisation après l’interruption des vacances du printemps en posant la date du 28 avril comme journée nationale de manifestations. Qui plus est, elle soutien les UFR qui valident tou-te-s les étudiant-e-s du fait de la grève dans les universités. Ce premier pas de la coordination nationale des universités est un signe encourageant pour le mouvement de grève. Alors que des étudiant-e-s (mobilisé-e-s ou non) s’inquiètent à juste titre de l’effet de la grève sur leurs examens la CNU soutien la validation pour tou-te-s les étudiant-e-s du semestre. Contre ceux et celles qui cherchent le pourrissement de la situation en montant une partie des étudiant-e-s contre leurs enseignant-e-s, la seule réponse après plus de deux mois de grève est la validation du semestre pour tou-te-s les étudiant-e-s.

Néanmoins la validation pour les étudiant-e-s du semestre ne constitue en rien une victoire pour le mouvement de grève initié en février. L’amplification de la mobilisation sera nécessaire aux victoires dans l’enseignement supérieur. Nous appelons toutes les composantes de l’enseignement supérieur à ce saisir des différentes dates de manifestations le 28 avril, le 1er Mai, ainsi que celles qui suivront. Mais aussi au contre-sommet de Louvain les 28 et 29 avril où se rassembleront des étudiant-e-s de la plupart des pays européens qui luttent contre le processus de Bologne. Ce processus initié en 1999, dont le sommet des Ministre de l’éducation et de l’enseignement supérieur feront le bilan à Louvain est le moteur néolibéral d’où découle la LRU ainsi que toutes les lois visant à privatiser l’enseignement supérieur en France et en Europe. Participer à ce contre sommet est donc un enjeu fort pour le mouvement de grève actuel.

Creusons le tombeau de la L.R.U.
Allons à Louvain pour nous opposer aux réformes libérales européennes.
Et amplifions la mobilisation en participant massivement aux journées d’actions et de manifestations appelés par la Coordination nationale des universités durant les mois d’avril et de mai en commençant par le 8 avril. Ainsi qu’aux actions décidées à la Coordination nationale étudiante, ce week end à Orléans, à savoir : la séquestration des président-e-s d’universités pour la journée du mardi 7 avril, des actions de blocage de péages mercredi 8avril etc.

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 12 avril 2009


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile