Bandeau titre du site

Il y a 50 ans, l’affaire du métro Charonne. Manifestation mercredi 8 février pour ne pas oublier

Il y a 50 ans, l’affaire du métro Charonne. Manifestation mercredi 8 février pour ne pas oublier

Ce mercredi 8 février marquera le cinquantième anniversaire de la manifestation de Charonne. Le 8 février 1962, suite à une manifestation "pour la paix en Algérie" et contre les attentats de l’extrême droite nationaliste, neuf militant-e-s trouvaient la mort sous les coups de la police française, et ce à peine quelques mois après les massacres du 17 octobre où des Algériens furent jetés à la Seine. Cinquante ans plus tard et alors qu’on s’apprête à fêter aussi les 50 ans de l’indépendance de l’Algérie, la commémoration de cette manifestation est d’une actualité brûlante

D’une part, parce que les crimes commis par les plus hautes autorités de l’Etat français doivent être reconnus. La vérité doit être faite sur ces massacres. Il est urgent d’autoriser la population, parmi laquelle se trouvent aussi des historien-ne-s, à prendre connaissance des archives concernant cet événement et connaître les responsabilités de ces actes.

De fait, nous ne devons pas tolérer la complaisance étatique sur ces assassinats. Nous ne pouvons pas accepter l’amnésie organisée autour de l’histoire coloniale par les plus hauts dirigeants de l’Etat. En effet, si l’article de la loi du 23 février 2005 sur l’enseignement de la colonisation a été retirée, force est de constater que l’UMP et le FN continuent d’entretenir un récit historique nationaliste, dont la principale conséquence est d’entretenir le racisme dans la société
française.
Ainsi, l’ensemble des organisations progressistes n’ont pu qu’être choquées par l’attitude du ministre Longuet, lorsqu’il a entonné le chant de l’armée coloniale, fin janvier, lors de l’inauguration du « centre documentaire des Français d’Algérie » à Perpignan. Cet épisode s’ajoute à une multitude de provocations gouvernementales, telles que les injures raciales du ministre Hortefeux ou encore la récente tentative de transférer les cendres du général Bigeard aux Invalides. Cette série de faits sont sciemment pensées par les ministres qui, dans la durée, tentent d’imposer une réécriture de l’histoire favorable aux anciennes puissances coloniales.

D’autre part, cet héritage colonial se concrétise au quotidien dans les politiques racistes mises en œuvre par l’État français. L’année 2011 a encore été une année record pour les services de l’Etat, qui rivalisent d’inventivité afin de « faire du chiffre » au détriment de la dignité humaine. Cette inventivité sournoise caractérise les politiques ministérielles : ainsi, fin décembre, le ministre Guéant, non content de sa circulaire, créait une nouvelle taxe sur le renouvellement des titres de séjour des étudiant-e-s.

Pour exiger la justice et pour rappeler le fléau que représentent les idées nationalistes et xénophobes, SUD Etudiant appelle à rejoindre la manifestation de commémoration, ce mercredi 8 février à 12h, au métro Charonne.

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 7 février 2012


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile