Bandeau titre du site

"L’UNIVERSITE, C’EST L’AVENIR DE LA FRANCE"... ON EST MAL BARRE !

Dans son discours du 7 février 2007, Dominique de Villepin explique
comment il voit l’évolution de "notre" Université afin de répondre
aux "défis de l’avenir" (emploi et compétitivité).
Après avoir étaler ses bonnes intentions qu’aucun dirigeant
politique ne pourrait rechigner ("permettre aux étudiants de travailler
dans de bonnes conditions"), le 1er ministre annonce ensuite
subtilement ses véritables projets pour l’Enseignement supérieur :
sélection déguisée à l’entrée de la fac, augmentation des frais
d’inscriptions, une place plus importante des entreprises dans les CA
aux détriments des étudiants, professionalisation des études, mise en
concurrence des facs...

Tous ses projets constituent un retour en arrière pour notre société.
Depuis 1968, de nombreuses batailles ont été mené afin de démocratiser
l’Université et en faire un véritable lieu de connaissances et
d’échanges de savoirs. Mais désormais, les projets de Galouzeau de
Villepin, directement inspirés du rapport Hetzel, ont comme volonté d’inscrire l’Enseignement supérieur dans une logique
économique : c’est à l’entreprise, coeur du système capitaliste, de
dynamiser l’Université. Et malgré les belles paroles du 1er ministre,
il n’y a qu’au pays des Bisounours que compétitivité et rentabilité
des facs riment avec égalité et qualité pour tous les étudiants.

La Fédération SUD Étudiant lance maintenant une campagne nationale pour dénoncer les réformes
envisagées par le gouvernement et invite tous les étudiant-es -
puisque le 1er ministre souhaite engager un dialogue (!) - à se réapproprier
la question de l’avenir de l’Université.

Porte-parole de la Fédération SUD Étudiant :
- Anouk Colombani 06 08 02 71 79
- Paul Degruelle 06 64 42 85 77

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 9 février 2007


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile