Bandeau titre du site

LE BRAS DE FER ENTRE LES ETUDIANT-ES ET LE GOUVERNEMENT NE FAIT QUE COMMENCER !

Les étudiant-es grévistes de Rennes 2 ont eu la mauvaise surprise ce matin de trouver l’université fermée. François Mouret, président de l’université de Rennes 2, plus que favorable aux réformes, a arbitrairement décidé d’interdire aux étudiant-es l’accès au site universitaire. Face à l’intransigeance de la présidence, les étudiant-es ont été contraint-es de forcer le passage. Il est clair qu’il y a un enjeu réel pour les défenseurs des réformes Lang-Ferry à ce que le mouvement étudiant sur Rennes 2, moteur de la lutte depuis maintenant plus de trois semaines, s’essouffle, voire meurt : pour cela, tous les moyens sont bons !

Cet incident est révélateur d’un contexte de tension qui risque fort de se transformer en répression du mouvement étudiant.Par ailleurs l’administration de l’université de Metz a fait fermer le site de sciences humaines.De meme à Lille ou l’(administration a fait fermer le batiment B (sciences humaines) De fait, depuis un an, les présidents d’universités, soutenus par le ministère et les rectorats, n’hésitent plus soit à fermer les sites universitaires, soit à avoir recours à la force policière pour entraver toute contestation étudiante, revenant par là même sans aucun scrupule sur la franchise universitaire. Plus globalement, l’incident de Rennes révèle à quel point les manoeuvres politiciennes de ce week-end pour tenter de calmer les esprits étaient vaines.

La fédération SUD Étudiant dénonce ces abus de pouvoir des présidents d’université et appelle à la vigilance l’ensemble des étudiant-es quant à une probable répression du mouvement nous ne nous laisserons pas impressionner par de telles pratiques, l’enjeu des réformes est bien trop important pour que nous cédions devant les menaces.

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 25 novembre 2003


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile