Bandeau titre du site

Les études de genre s’invitent au lycée : un pas en avant pour le droit des femmes et des LGBTI

Les études de genre s’invitent au lycée : un pas en avant pour le droit des femmes et des LGBTI

A la rentrée 2012, les lycéen-nes de première L et ES découvriront dans leurs manuels de Sciences et Vie de la Terre un nouveau chapitre intitulé « Devenir homme ou femme ». Ce chapitre vise à remettre en cause les préjugés au sujet du primat de la différence sexuelle entre homme et femme dans les orientations de genre. En effet, la construction d’ une identité « masculine » ou « féminine » n’est pas le fait d’une orientation biologique mais de modèles et de normes définis par notre société.
Cependant, si ces rôles sociaux bénéficient aux personnes de genre masculin, les personnes de genre féminin et LGBTI (Lesbienne, Gay, Bi, Trans, Intersexué-es) sont discriminé-es et nié-es dans notre société sexiste. En outre, ce nouveau chapitre a été l’occasion pour certains manuels scolaires de développer un discours visant à décriminaliser l’homosexualité.

La fédération Sud Etudiant se réjouit de l’avancée dans la lutte contre les discriminations de genre que signifie cet ajout au programme scolaire. En effet, nous revendiquons depuis plusieurs années la visibilisation des femmes et des LGBTI dans les programmes scolaires. Et, si cet ajout ne concerne qu’une matière enseignée, nous revendiquons l’ouverture d’autres enseignements et d’autres filières aux études de genre. Par exemple, nous réclamons que figure dans le programme de l’épreuve de lettres du baccalauréat, au moins une écrivaine puisque la liste des auteurs étudiés est chaque année, entièrement masculine

Par ailleurs, la fédération Sud Etudiant dénonce les réactions de certains courants religieux et réactionnaires qui tentent de faire pression sur le gouvernement afin de supprimer ce chapitre.
Nous dénonçons l’ingérence du religieux dans l’enseignement. La fédération Sud Etudiant développe l’idée d’un savoir émancipateur libéré des obscurantismes. Alors que un nombre significatif d’adolescent-es homosexuel-les se trouvent en détresse moral et que les crimes homophobes persistent, il nous paraît aujourd’hui primoridal d’apprendre aux lycéen-nes que l’hétérosexualité n’est qu’un « modèle » imposé par la société.

Enfin, la fédération Sud Etudiant souligne la nécessité de développer les recherches sur legenre à l’université afin de déconstruire scientifiquement les préjugés sexistes qui habitent encore notre société. Nous réclamons une augmentation des financements publics pour les départements universitaires d’études de genre et plus largement pour tous les savoirs qui permettent de lutter contre les discriminations.

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 7 août 2011


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile