Bandeau titre du site

Loi Fioraso : Une mobilisation qui ne faiblit pas !

documents joints


communique de presse solidaires etudiant-es. loi fioraso la mobilisation ne faiblit pas
fichier PDF
182.5 ko

Loi Fioraso : Une mobilisation qui ne faiblit pas !

La loi LRU adoptée en 2007 a conduit à la « faillite » de certaines universités et à la fragilisation financière des autres, aux gels de postes, à la précarisation du personnel et à la dégradation des conditions de travail et d’études. La ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) G.Fioraso présente cette année un nouveau projet de loi qui devrait passer devant l’assemblée nationale le 27 mai. Le projet Fioraso, loin de résoudre les difficultés auxquelles font face les universités, entérine la loi LRU et pousse encore plus loin les logiques d’assujettissement de l’ESR aux pouvoirs des entreprises et de la Région.

Plus de 30 Assemblées Générales ont eu lieu dans toute la France la semaine dernière dans plus de 20 villes : Paris, Bordeaux, Montpellier, Marseille, Nantes, Orléans, Pau, Grenoble, Lille, Toulouse, Dijon, Rouen… Ce jeudi 21 Mars, une manifestation à Paris a réuni plus de 1500 personnes et un préavis de grève avait été déposé par les syndicats de personnels : SUD-Education, la FERCSUP-CGT, SNESUP-FSU. Deux actions coordonnées ont été menées dans les IEP (Instituts d’Etudes Politiques) de Paris et de Bordeaux, pour dénoncer l’hypocrisie d’une réforme qui annonce " l’excellence " mais perpétue en réalité un enseignement supérieur à plusieurs vitesses
Dans l’Education Nationale, les fédérations concernées CGT, FO, SUD et CNT ont appelé à la grève le jeudi 28 mars et exigent l’abrogation immédiate du décret sur les rythmes scolaires et l’ouverture de réelles négociations sur les revendications des personnels. Face à des réformes néo-libérales qui attaquent l’Education de la maternelle au supérieur, nous soutenons ces journées d’actions et appelons à les renforcer. Ce désengagement de l’Etat et cette vague de privatisations n’est pas un cas isolé : tous les services publics sont touchés que ce soit en France ou dans le monde (Chili, Grèce, Portugal, Canada…).

Alors qu’une AG Nationale est prévue le 30 Mars à l’Université de Paris-Nanterre, il nous faut désormais continuer la mobilisation, se coordonner et passer à l’action. Seul syndicat étudiant qui combat cette loi, nous sommes très attaché-es au caractère interprofessionnel de ce mouvement et appelons à renforcer les intersyndicales locales (avec les personnels, les enseignant-es chercheur-euses….), impliquer les étudiant-es non-syndiqué-es, sensibiliser sur la loi et enclencher des actions pour que Fioraso recule !

Face à une loi qui maintient la LRU et le Pacte pour la Recherche, qui veut regrouper et fusionner les 80 universités en entités régionales « autonomes », qui veut liquider le cadre national des diplômes au profit de formations locales, qui veut livrer la recherche aux bassins locaux économiques… Nous réclamons l’abandon de la nouvelle réforme et l’ouverture d’une large concertation auto-organisée et interprofessionnelle (étudiant-es, personnels, enseignant-es chercheur-euses…) pour déboucher sur une réforme de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche par et pour les personnes qui la composent ou qui auraient souhaitées y être.

La fédération Solidaires Etudiant-e-s se réunira le 30 et 31 Mars 2013 à Dijon en Conseil Fédéral et la loi Fioraso sera évidemment un sujet crucial de discussions.


Si ce n’est pas nous, c’est qui ?
Si ce n’est pas ici, c’est où ?
Si ce n’est pas maintenant, c’est quand ?


LA LOI FIORASO NE PASSERA PAS !

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 26 mars 2013


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile