Bandeau titre du site

Malgré la répression, les lycées se mobilisent : maintenons la pression !

Alors que la plupart des étudiant-e-s et les lycéen-ne-s s’apprêtent à rentrer dans les jours qui viennent, les lycées semblent déterminés à poursuivre la lutte qu’ils ont désormais entamée depuis plusieurs semaines.

Loin d’avoir entamée leur détermination, les annonces de Darcos n’ont pas fait faiblir les lycéen-ne-s. Le gouvernement tente donc désormais de faire le choix de la répression forcenée, en mettant en garde à vue plusieurs lycéen-ne-s de Nanterre accusés d’avoir déclaré qu’ils allaient « cramer le lycée ». De même, de nombreux/euses lycéen-ne-s ont été envoyés devant des conseils de discipline. Dans plusieurs départements, la police tente d’exercer une surveillance permanente sur les lycées, menaçant régulièrement les lycéen-ne-s qui se rassemblent. Nous assistons à la banalisation de la présence policière dans les lycées, comme lors de l’automne 2007 la présence policière s’est banalisée dans les universités.

Malgré cela, une coordination des assemblées générales lycéennes d’Ile de France s’est tenue juste avant les vacances, en fixant de nouvelles dates de mobilisation. Ainsi, le jeudi 8 janvier sera de nouveau une grande journée de mobilisation dans l’éducation nationale.

Les lycéen-ne-s ont en outre rappelé leur volonté de créer des convergences avec les étudiant-e-s, enseignant-e-s ainsi qu’avec l’ensemble des salarié-e-s. Dans cette optique, la préparation de la suite de la journée de grève interprofessionnelle du 29 janvier apparaît comme essentielle.

Dans l’enseignement supérieur, de nombreuses attaques ont eut lieu récemment :
réduction drastique des budgets dans de nombreuses universités
orientations pédagogiques imposées de manière autoritaire et dans la précipitation par le ministère (mastérisation des concours de l’enseignement, plan réussite en licence et autres options risquant de dévaluer le contenu de nos formations en le professionnalisant)
suppression de postes d’enseignant-e-s chercheurs/euses, et recours accru aux contrats précaires en matière de personnels non enseignant-e-s
etc.

Il est donc urgent que les étudiant-e-s s’organisent collectivement en assemblées générales dans les semaines à venir, afin de préparer une convergence effective avec les salarié-e-s et les lycéen-ne-s.

Dès le 8 janvier, nous soutiendrons la mobilisation lycéenne et nous refuserons la répression qu’elle subit. Par la suite, nous devons envisager au plus vite les suites à donner à la journée de grève interprofessionnelle du 29 janvier.

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 5 janvier 2009


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile