Bandeau titre du site

Mobilisons-nous contre la répression du mouvement anti-CPE.

Face à la mobilisation croissante des jeunes contre le CPE et « la loi d’égalité
des chances », le gouvernement De Villepin s’obstine à vouloir appliquer sa loi et
applique la politique du bâton à la jeunesse et les salarié-es de ce pays. Une
politique répressive qui atteint son point culminant avec le coma du camarade
Cyril de SUD PTT suite à une charge violente de CRS en fin de la manifestation du
samedi 18 mars à Place de la Nation. Chaque journée de mobilisation nationale
anti-CPE se termine par plusieurs centaines d’arrestations.

Vendredi 24 février à 9h à la 24ème chambre du Tribunal de Grande
Instance de Paris se tient le procès de deux jeunes militants qui ont été arrêtés de
façon arbitraire lors d’un rassemblement anti-CPE et anti-fachiste le dimanche 12
mars. Ce procès est le premier d’une longue série entamée par ce gouvernement
pour faire taire cette contestation sociale :

- Le lundi 27 mars à 9H00, 24ème Chambre, pour Damien et Moussa,

- Le mardi 28 mars à 9H00, 24ème Chambre, pour Moussa,

- Le jeudi 30 mars à 9H00, 24ème Chambre, pour Thomas, Emilie et Lamine,

- Le vendredi 31 mars à 9H00, 24ème Chambre, pour Gama et Vivien

-  Le lundi 3 avril à 9H00, 17ème et 29ème Chambre, pour Bruno et Nicolas,

-  Le mardi 4 avril à 9H00, 24ème Chambre, pour Julie et Sarah,

-  Le mercredi 17 mai 9H00, pour Anne-Laure, Sylvain et Pierre.

Par conséquent, la Fédération des syndicats SUD Étudiant affirme que le
gouvernement De Villepin est le seul et unique responsable de la tension sociale
grandissante en raison de son refus d’aborger « la loi sur l’égalité des chances ».
Nous exigeons également que la lumière soit effectuée sur le responsabilité des
CRS dans le coma du camarade Cyril de SUD PTT. La Fédération des syndicats
SUD Étudiant exige la libération et le retrait de toutes les poursuites et
condamnations à l’égard des manifestant-es anti-CPE.

La Fédération des syndicats SUD Étudiant appelle dès demain matin à la
mobilisation la plus large devant le TGI de Paris pour exiger le retrait des
poursuites à l’encomtre des deux jeunes anti-CPE Cyril et Tristan.

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 23 mars 2006


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile