Bandeau titre du site

Précarité, pauvreté, mal-logement : l’urgence d’un salaire étudiant

Le rapport annuel du Secours Catholique sorti mardi dernier, qui tente de dresser comme chaque année l’état des lieux de la pauvreté en France, pointe une fois de plus la très grande précarité, proche parfois de la misère, dans laquelle vit aujourd’hui une part très importante des 18-25 ans. Aujourd’hui, toujours selon ce rapport, les jeunes de 18 à 25 ans sont plus touchés par la pauvreté que toute autre classe d’âge, avant même les personnes âgées. C’est déjà le constat alarmant que dressait l’INSEE en 2009 : 22,5% des 18-24 ans vivent avec des revenus inférieurs au seuil de pauvreté, contre 13,5% de la population métropolitaine globale.

La fédération SUD Etudiant rappelle que trop d’étudiant-e-s aujourd’hui vivent dans des conditions d’extrême précarité, voire sous le seuil de pauvreté, alors même qu’ils et elles risquent déjà de compromettre leurs études en enchaînant les emplois précaires et sous-payés.

Les familles des classes populaires, également victimes de la paupérisation, n’ont plus les moyens de soutenir leurs enfants durant leurs études supérieures. Les aides proposées par l’Etat, au niveau du logement comme de l’alimentation, sont très en deçà des besoins : le pourcentage d’étudiant-e-s parisien-ne-s qui ont accès à un logement du CROUS est ridicule, les résidences universitaires sont bien trop peu nombreuses, et les restaurants universitaires, outre leurs qualités alimentaires limitées, sont déjà trop chers pour la plupart des étudiant-e-s. Le système de bourses actuel ne permet pas d’apporter à chacun et chacune un revenu suffisant pour vivre dans de bonnes conditions et en toute indépendance.

En cette journée nationale de mobilisation pour le logement de toutes et tous, il est absolument nécessaire de rappeler l’importance du nombre d’étudiant-e-s qui sont contraint-e-s de vivre dans des "substituts de logement" (amis, centres d’hébergement, foyers, squats...) ou dans des logements à la surface minuscule mais au loyer exorbitant.

SUD Etudiant revendique la création d’un salaire social étudiant, qui permettrait de rompre avec les progrès de la pauvreté chez les jeunes et ses conséquences, avec la dépendance familiale et la fragilisation des études. Il s’agit de revendiquer le droit pour tout étudiant, c’est à dire travailleur en formation, à un revenu lui permettant de mener à bien ses études dans de bonnes conditions. A l’instar des salarié-e-s traditionnel-le-s mais aussi des chômeurs ou chômeuses et des retraité-e-s, nous devrions pouvoir bénéficier d’un revenu garantissant notre indépendance.

Face à la multiplication des attaques contre les droits sociaux les plus élémentaires, face à une logique de sacrifice des populations les plus vulnérables, la Fédération SUD étudiant réaffirme qu’une société plus égalitaire ne peut passer que par un vrai partage des richesses.

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 10 novembre 2011


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile