Bandeau titre du site

Présidence de Sarkozy : « 5 Ans de résultat au service des Français-e-s » ? Le bilan de Sarkozy sur les universités est plus que mitigé !

documents joints


Présidence de Sarkozy : « 5 Ans de résultat au service des Français-e-s » ? Le bilan de Sarkozy sur les universités est plus que mitigé !
fichier PDF
92.6 ko

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy a été marqué, notamment, dans nos universités, par la mise en place de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), rendant chaque université autonome.
A l’heure du bilan, les conséquences de cette loi, apliquée en deux temps, sont catastrophiques. La concurrence entre les universités a été accrue par cette réforme, et rend de plus en plus difficile le maintien des petites universités de proximité mais pas seulement. Prétextant une augmentation moyenne de 23% du budget des universités, c’est en réalité 8 universités qui ont été mises sous tutelle pour cause d’un budget considéré comme déficitaire. D’autres universités (Pau, Bretagne Sud...) sont menacées de cette mise sous tutelle, d’autres (Le Havre...) ont un avenir plus qu’incertain.
En terme social, le gouvernement se targue d’une augmentation de 25% d’étudiant-e-s bénéficiant de bourses sur critères sociaux. En réalité, c’est surtout le nombre d’étudiant-e-s boursier-ère-s à l’échelon 0 (exonération des frais d’inscription sans versements mensuels) qui a augmenté. La revalorisation des montants des bourses n’a fait que s’indexer à l’indice d’inflation. La création d’un sixième échelon en 2008 ne donne en fait droit qu’à 27 euros supplémentaires par mois (par rapport à l’échelon 5) et les conditions d’attribution sont drastiques. De plus, l’UNEF se targuait d’avoir obtenu un dixième mois de bourses pour les étudiant-e-s, mesure entrée en vigueur dès la rentrée 2011.
Ce 10ème mois de bourses promis par le gouvernement a entraîné des difficultés quant à son application. Versées en retard pendant 2 mois consécutifs, ce manquement a mis de nombreux-euse-s étudiant-e-s dans la galère. Alors qu’il faut payer en temps et en heure les loyers, les factures, ce retard de bourses accroît encore la précarité étudiante. Pourquoi un tel retard ? Plusieurs informations nous sont parvenues. Primo, l’Etat n’aurait pas versé les fonds nécessaires à la mise en place de ce dixième mois de bourses. Secundo (conséquence du premier point), les CROUS en difficultés financières, doivent spéculer sur les fonds dont ils disposent.

La fédération SUD étudiant tient à rappeler son exigence quant à l’abrogation de la LRU et sa volonté à court terme d’une augmentation des bourses en nombre et en niveau, avant l’instauration d’un salaire socialisé.

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 13 février 2012


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile