Bandeau titre du site

Soutien à Sud Rail : soyons tou-te-s « irresponsables » !

Aujourd’hui jeudi 15 janvier, le président Sarkozy a prononcé un discours de vœux aux « forces économiques ». Comme à son habitude de superman gesticulatoire, prompt à sauver la nation de tous les périls qui la menacent et à réformer le capitalisme mondial, N.Sarkozy a aujourd’hui de nouveau décidé de s’attaquer aux organisations syndicales.

Evoquant la récente grève des cheminots à la gare de Saint Lazare, il a ainsi déclaré que les syndicalistes de SUD Rail étaient des « irresponsables », qui « cassent le service public et bafouent l’intérêt des usagers ». Ce qui est bien paradoxal lorsque l’on sait que les cheminot-e-s viennent de perdre 31 jours de salaires pour défendre la mise en place de moyens permettant d’assurer un meilleur service pour tou-te-s les usager-e-s.

Ces propos sont une nouvelle fois la preuve de la volonté du gouvernement de nier au syndicalisme ses droits les plus élémentaires, à commencer par la grève. Face aux menaces que représentent nos syndicats, dont le renforcement des effectifs permet de promouvoir de manière démocratique les luttes collectives des salarié-e-s comme des étudiant-e-s, les gouvernants se trouvent de fait notoirement démunis.

Les méthodes qui sont celles des syndicats Sud sont désormais connues : primauté du fonctionnement démocratique par la mise en place d’assemblées générales ouvertes à l’ensemble des travailleurs/euses afin de prendre collectivement les décisions pour l’organisation de nos luttes, et intransigeance face aux réformes anti-sociales. En refusant le syndicalisme de « diagnostic partagé » prêt à plier le dos face au patronat et/ou au gouvernement, le syndicalisme défendu par l’union syndicale Solidaires (dont les syndicats Sud font partie) offre aux salarié-e-s la possibilité de défendre leurs droits, et d’en revendiquer de nouveaux.

Dans ce contexte plus que jamais, nous apportons notre soutien à Sud Rail et aux méthodes syndicales qui tendent à remettre au premier plan l’intérêt des salarié-e-s. Nous prouverons en rejoignant massivement la journée de grève du 29 janvier que ces propos n’ont pour effet que de renforcer notre détermination.

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 15 janvier 2009


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile