Bandeau titre du site

Squat La Marquise : Pas d’ expulsion sans relogement

documents joints


CP place des vosges
fichier PDF
165.2 ko

Après avoir occupé en début d’année un immeuble d’une quarantaine d’appartements vides près de Bastille, les étudiant-e-s et jeunes précaires de Jeudi Noir occupent désormais depuis début Novembre un hôtel particulier de 1480m2 situé Place des Vosges, inoccupé depuis 44 ans. En procédure judiciaire depuis leur arrivée, le délibéré leur sommant de quitter les lieux est tombé la semaine dernière, ils sont maintenant expulsables sans délai à partir d’aujourd’hui 25 Janvier.

Ils sont redevables d’une indemnité de 3400 euros par mois d’occupation qui passe désormais à 25000 euros, la démesure de cette somme étant un argument de plus pour faire partir les réquisitionneurs qui font appel de cette décision.
Leur présence est illégale et pourtant légitime.
Tous les travaux engagés sur ce bâtiment ont été arrêtés depuis une dizaine d’année ce qui prouve que ce lieu restera vide après le départ du collectif.

De plus, depuis leur arrivées les habitants n’ont cessé de prendre soin de ce monument historique et leur présence permet de faire vivre le lieu tant en lui restituant son capital qu’en l’ouvrant aux habitants et touristes du quartier.

Cette réquisition est d’autant plus légitime lorsque l’on sait qu’il y’a Paris 112 000 logements vides et qu’en France 1 200 000 personnes sont en attente d’un logement social, sans oublier les 3,5 millions de mal-logés sur tout le territoire.

L’actualité récente de la résidence Jean Zay à la Place des Vosges en passant par les nombreuses luttes du logement prouve s’ il en était besoin la gravité de la crise du logement en Ile de France, tout particulièrement pour les étudiantes, étudiants et jeunes précaires mais plus largement pour toute une frange de la population précarisée par la politique anti-sociale du gouvernement.

 Il devient urgent de réagir. Les réponses de la ministre concernant le logement étudiant restent toujours insuffisantes, les promesses passées ne sont toujours pas appliquées.

Face à cet état de fait, les occupants et occupantes ont raison d’agir. Ils ne font qu’appliquer la loi de réquisition des logements vides.
La Fédération SUD Etudiant, dont deux militantes logent dans le bâtiment occupé, soutien la lutte des habitant-e-s et appelle à participer à la nuit de solidarité organisée dans ce lieu avec des projections de films et concerts, 

Mardi 26 Janvier, au 11 bis rue de Birague à partir de 20h.

Un toit est un droit ! Réquisition des logements vides !

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 25 janvier 2010


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile