Bandeau titre du site

Tous et toutes ensemble faisons en sorte que le 12 mars soit le point de départ d’une mobilisation d’ampleur à l’échelle européenne !

Tandis que de nombreux bouleversements dégradent d’année en année les systèmes éducatifs, d’enseignement supérieur et par extension l’ensemble du service public français (suppressions massives de postes, non remplacement des départs en retraite, réforme LRU, masterisation, baisse drastique des financements...), de nombreux établissements d’enseignement secondaire sont en ce moment en grève pour dénoncer des conditions d’études et de travail devenues tout simplement insupportables.

Ce mouvement est légitime et s’étend à vue d’œil. Ainsi, en 10 jours le nombre de lieux d’enseignement en grève est passé d’une petite dizaine à plus de 85 aujourd’hui.

Depuis le 21 janvier, les actions et la grève s’étendent à des établissements de plus en plus nombreux. Dans le cadre de l’appel national pour le vendredi 12 mars, SUD Étudiant soutien l’appel à amplifier la mobilisation autour de la plateforme suivante :

●Contre les suppressions de postes, pour le recrutement de personnels statutaires.

●Créations de milliers de postes, réemploi et titularisation des contractuel-le-s et vacataires.

●Contre la dégradation des conditions de travail des personnels et des étudiant-e-s.

Depuis quelques semaines, plusieurs conflits se développent (Dunkerque, Dreux..) et il est fondamental de lutter pour leur convergence. C’est pourquoi, le 12 mars, des cortèges communs avec des délégations de travailleurs en lutte seront organisés à Paris et à Lille.

En outre, des mobilisations s’amplifient dans toute l’Europe face à la marchandisation du savoir. Un sommet alternatif sera organisé à Bruxelles à l’occasion du conseil européen des 25 et 26 mars qui fera le bilan de la stratégie de Lisbonne. Alors que les États célèbrent à Vienne, les 11 et 12 mars, les dix ans du processus de Bologne, des réseaux étudiants et universitaires de différents pays européens agissent, préparent un contre-sommet militant, et appellent ensemble à une grève européenne.
Nous devons mettre en réseau et solidariser les luttes en Europe, et amorcer les contours d’un contre-système éducatif qui irait de pair avec une nouvelle définition des priorités économiques et sociales.

Aussi la Fédération des Syndicats SUD Étudiant appelle à soutenir le contre-sommet de Vienne et s’inscrit pleinement dans l’appel aujourd’hui lancé à la grève européenne.

Solidaires des actions menées dans ce cadre dans toute l’Europe, nous appelons à faire grève sur nos universités lors de la journée d’action du 12 mars pour faire de celle-ci un tremplin pour la mobilisation européenne. Nous appelons aussi à deux semaines d’actions locales du 11 au 26 mars, faisant la jonction entre le contre-sommet de Vienne et le sommet alternatif de Bruxelles, entre les luttes contre la marchandisation du savoir et les enjeux plus larges de la stratégie de Lisbonne qui au nom de la compétitivité détruit les droits sociaux. Faisons échos à nos camarades étudiant-e-s grec-que-s, italien-ne-s, autrichien-ne-s ou autres pour montrer et faire entendre qu’une autre Europe existe, une Europe sociale et en mouvement.

Le 12 Mars étudiant-e-s, personnels d’université, travailleurs/euses, enseignant-e-s du primaire et du secondaire, parents d’élèves et lycéen-ne-s, toutes et tous en grève pour imposer un autre système d’enseignement !

Contacts de la fédération : 06 86 80 24 45


le 11 mars 2010


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile