Bandeau titre du site

Appel Unitaire : Contrat Première Embauche : pour les jeunes, c’est NON !

Le premier ministre a annoncé une mesure d’une gravité extrême le 16 janvier : la création du Contrat Première Embauche (CPE).

C’est une insulte faite aux jeunes, l’humiliation de toute une génération. Ce contrat, avec sa période d’essai de deux ans qui permet de renvoyer sans préavis et quasiment sans indemnités, signifierait la disparition du droit du travail pour les jeunes.

Comme le Contrat Nouvelle Embauche, il ne résoudra rien au problème du chômage. Le CPE, c’est le Contrat Précarité Exclusion : avec lui, finis les espoirs d’avoir un emploi stable, un logement, de fonder une famille, de faire des projets.

Pire, c’est une triple peine pour toute une génération déjà en proie à la souffrance et à la désespérance :

- condamnation définitive à être la première génération qui vivra moins bien que ses parents : le premier emploi détermine toute la vie active.

- interdiction de pouvoir se projeter dans l’avenir

- condamnation à être un citoyen de seconde zone, un travailleur vulnérable et sans droit.

Le CPE, c’est « sois-jeune et tais-toi ». C’est la conception de la jeunesse qu’ont Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin qui n’ont pas arrêté de faire la guerre aux jeunes en les insultant, en les méprisant, et en détruisant méthodiquement tout ce qui leur permettait de bâtir leur avenir.

Ils ont ravagé l’éducation, aujourd’hui, ils essaient d’achever la jeunesse. Le MEDEF, dont la présidente a
affirmé que « la jeunesse est un état de maladie dont on guérit », n’attendait que ça pour faire de l’entreprise une zone où les jeunes n’auraient en fait qu’un seul
droit : celui de se taire et d’obéir, ou de prendre la porte du jour au lendemain.

Si la lutte contre le chômage et la précarité des jeunes n’avait pas été un alibi pour le gouvernement, il aurait pris d’autres mesures : relance de la consommation et du pouvoir d’achat, allocation d’autonomie individualisée, la
chasse contre la chômage et la précarité, investissement massif dans l’éducation, la formation professionnelle et la recherche, programmation d’emplois publics,
réduction du temps de travail...

Le gouvernement ne cesse de diviser pour mieux régner : cette fois il dresse les générations les unes contre les autres remettant au goût du jour le slogan des manifestations contre le SMIC jeune de Balladur « Papa, j’ai trouvé un emploi, le tien ». Nous appelons à la solidarité intergénérationnelle : c’est l’avenir de notre
société qui se joue, tout le monde est concerné.

La colère gronde dans la jeunesse : Nous refusons le choix de civilisation que le gouvernement tente de nous imposer : celui d’une société violente où tous les droits conquis de haute lutte par nos aînés seraient sacrifiés. Nous refusons la disparition du droit du travail : tout ce qui est protégé est plus libre.

Nous refusons le contrat première embauche et exigeons du gouvernement qu’il retire cette mesure injuste, inutile et humiliante.

Signataires : UNEF, UNL, MJS, Fédération SUD Étudiant, Souris Verte, JCR, JEC, JC, UNSA Jeunes,CGT Jeunes, JRG, ...


le 18 janvier 2006


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile