Bandeau titre du site

Soutien inconditionnel aux mineurs grévistes des Asturies, de Leon et d’Aragon, et à l’extension de la grève à d’autres secteurs !

documents joints


comm mineurs esp
fichier PDF
156.2 ko

« Ma chemise est rouge/Du sang d’un compagnon » Extrait de Santa Bárbara bendita, chant traditionnel des mineurs des Asturies.

Depuis le 31 mai, les mineurs des Asturies, de Leon et d’Aragon sont en grève illimitée. Ils sont 8000, soutenus par toute une région qui souffre des mesures prises par un gouvernement qui a annoncé vouloir supprimer plus de 60% des aides publiques destinées au secteur minier, condamnant ainsi plus de 30 000 emplois directs et indirects.

L’un des chants qui jaillit des rangs des manifestations de mineurs, Santa Bárbara bendita, parle d’un coup de grisou, de la mort de l’autre, du compagnon, et de la solidarité. Face au coup de grisou, face à la fausse fatalité des mesures gouvernementales, les mineurs ne luttent pas seuls. Depuis plus d’un mois, ce sont des villages entiers qui se soulèvent. Ceux/celles qui ne se battent pas restent sur le pas des portes, tendent des bouteilles d’eau, accueillent les blessé-e-s et crient contre les flics en armure, ceux que l’on reconnaît comme les successeurs des troupes qui vinrent, en 1934, en 1962 sous Franco, réprimer la révolte des mineurs.

La lutte s’étend, et la grève générale du 18 juin en Castille, en Aragon, dans les Asturies et en Andalousie marque l’extension du mouvement à de nombreux autres secteurs : 15 000 manifestant-e-s à Léon, 50 000 à Oviedo, tandis que dans les villages se poursuivent les blocages de route et les affrontements avec la police. Les mineurs ne se battent pas seuls, car ils se battent aussi contre un gouvernement qui poursuit son entreprise systématique d’aggravation des conditions de vie. Leur marche sur Madrid, achevée le 10 juillet, a permis de mesurer l’ampleur du mouvement de masse qui se fait jour : derrière les casques des travailleurs des Asturies, au soir de l’arrivée de la marche, des milliers de personnes ont défilé. Le lendemain, 11 juillet, ce sont des dizaines de milliers de manifestant-e-s qui sont venu-e-s soutenir les mineurs. Tandis qu’en fin d’après-midi, les manifestant-e-s faisaient face à une dure répression -au moins 43 blessés-, le gouvernement confirmait de nouvelles mesures d’austérité, dont une hausse de la TVA et des privatisations massives. Le cru slogan des manifestations minières - « Nous ne sommes pas indignés, nous en avons plein les couilles » - devient peu à peu révélateur d’un pas franchi dans les luttes en Espagne : c’est qu’il n’est plus question de s’indigner, mais bien de se révolter.

Soutien inconditionnel aux mineurs grévistes des Asturies, de Leon et d’Aragon, et à l’extension de la grève à d’autres secteurs !!


Contre la régression sociale, contre la répression et pour la justice sociale, seule la lutte paye !!

Fédération SUD Étudiant
Porte-parolat : 06 86 80 24 45
sud-etudiant@sud-etudiant.org
http://www.sud-etudiant.org

Fédération Syndicale Étudiante
Porte-parolat : 06 13 96 43 47
fse.relations@luttes-etudiantes.com
http://www.luttes-etudiantes.com


le 4 août 2012


Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile