Bandeau titre du site

Projection/Débat Slovenian Girl 13/04

documents joints


Affiche Slovenian Girl
fichier JPEG
672.2 ko

« Slovenian Girl » sort le 2 février en salles, il aborde de front la question de la prostitution des étudiant-e-s, en Slovénie.

Aleksandra, jeune étudiante en anglais de 23 ans vit à Ljubljana, capitale de la Slovénie. Ses parents sont divorcés : elle méprise sa mère, qui a quitté le domicile familial, mais a plus d’affection pour son père, un rocker vieillissant. Aleksandra mène une double vie : pour vivre, elle se prostitue via les petites annonces sous le nom de "Slovenian Girl". Froide et manipulatrice, elle pensait faire son activité avec détachement. La réalité, sous la forme d’un proxénète menaçant ou des crédits à payer, va vite la rattraper.

Aujourd’hui la question de la prostitution des étudiant-e-s n’est plus passée sous silence et permet de faire émerger les multiples problématiques qui y sont liées : la précarité des étudiant-e-s, les rapports de domination, de genre, d’âge, de culture… Pour la Fédération SUD Etudiant, il est apparu primordial de promouvoir toutes formes de supports concernant ces questions, mettant en lumière une réalité partagée par des milliers d’étudiant-e-s. Nous nous associons à la distribution avec Epicentre-films de cette œuvre, et participerons à sa diffusion dans les universités, dans le cadre de projections-débats, à partir du mois de février.

Pourquoi nous soutenons le film :

Il est international, et permet de comprendre la réalité européenne aujourd’hui. En effet, la Slovénie est aujourd’hui traversée par de multiples mutations, de nouvelles réalités auxquelles elle doit faire face. Nous sommes conscients que les problématiques qui sont celles de la condition étudiante, et de la prostitution sont aujourd’hui internationales, et traversent ainsi tous les pays européens.

Il est profondément critique envers le capitalisme et ses effets, la déshumanisation et l’autonomisation qu’il entraîne, pousse tout un chacun dans une condition d’inertie, un état de survie permanent. Cette condition sous jacente est perceptible à travers le personnage d’Aleksandra, en « pilotage automatique » lors des passes, déconnectée de sa propre existence. Elle nous laisse entre froideur et empathie.

Il ne juge pas, ne méprise pas, ne moralise pas. Le personnage, dans toute sa complexité, se situe entre « choix » et « besoin », et révèle à travers son histoire une dérangeante simplicité. Au-delà de la condition de prostituée, Aleksandra est noyée dans les méandres de la précarité, et finit par reconnaître que même l’argent gagné de son activité ne lui permet pas de sortir de cette situation endémique, partagée par beaucoup d’étudiant-e-s. Enfin, la relation aux parents, la clientèle, la pauvreté, les choix de vie, le film aborde de front plusieurs questions qui toucheront par leur authenticité.

La bande-annonce sur http://www.youtube.com/watch?v=N93X...

Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile