Bandeau titre du site

AG en philo / Novembre 2011

Depuis le début de l’année, le Département est engagé dans un travail théorique et technique de réélaboration de son offre de formation et de recherche. Ce travail concernant l’ensemble du Département, je convoque l’Assemblée Générale du Département Philosophie, ses professeurs, ses étudiants, son personnel administratif, ses correspondants étrangers, pour débattre des orientations qui engagent directement son proche avenir.

Le lundi 28 novembre 2011, à 10 heures du matin, salle A 028

Compte rendu de l’AG étudiante du 15 Novembre :

Voici le compte-rendu de la réunion étudiante du département de philosophie tenue le mardi 15 novembre :

La réunion compte une vingtaine de présent-e-s et durera plus de trois heures.

Nous soulevons un certain nombre de questions, entre autre : pourquoi a-t-on ou choisit-on le département de philosophie de paris VIII ?

Il est clair que de manière général ce choix c’est fait en fonction d’une certaine orientation pédagogique du département et d’une certaine pratique de la philosophie qui se voit aujourd’hui remise en cause.

Certain-e-s interrogent le contenu des cours mais aussi l’attitude des étudiant-e-s ( consumérisme, etc ...) .

En tout cas un certain changement est pointé et alarme l’ensemble du groupe.

Vers quel type d’université se dirige-t-on ? Comment le département se positionne-t-il en soit et face à la politique ministérielle, la direction de l’université, l’UFR, ...

- Nous passons au compte-rendu de la réunion sur le quinquennal .

Exaspération face à des professeurs qui se permettent de remettre en cause la participation des étudiant-e-s au vote ainsi que la place des chargés de cours dans le département !

Il semble clair que certains remettent en cause le fonctionnement de ce département, méprisent l’ensemble de la communauté et veulent transformer notre espace d’étude en un mauvais semblant de Sorbonne.

- Nous trouvons que de manière générale, la charge de cours et de travail est toujours trop importante et empêche un travail de fond sérieux.

Nous avons affirmer un certain nombre de volontés quant au fonctionnement du département.

D’abord en terme de vie pédagogique :

- la conservation de modes de validation variés, il serait même intéressant que plus de professeur-e-s proposent plusieurs modalités pour chaque cours.

- plus d’espace de dialogue avec les professeur-e-s, proposition de tenir des permanences de 1 à 2 h ( par prof bien sur ) par semaine.

Puis en terme politique :

Les membres présents se sont accordés quant à leur désaccord face aux réformes universitaires ( LMD, LRU, plan licence, contrat doctoral unique, masterisation, etc ... ) et quant à une volonté d’engagement tant dans le département qu’avec l’ensemble de la communauté universitaire.

On parle de :

- la mise en place des RCE en janvier prochaine et des facs sous ou menacées de tutelle comme Nantes ; de la future suppression d’allocations mais aussi de postes, ...

- la professionnalisation . On trouve ça scandaleux de diviser d’un côté les étudiant-e-s qui veulent travailler et ne veulent donc pas faire de recherche et de l’autre les chercheur-e-s pur-e-s qui n’aspirent qu’à l’enseignement. Nous avons déjà des métiers et tenons à réaffirmer l’université comme lieu de recherche et d’enseignement ( à tout niveau et tout au long de la vie) et non comme lieu de formation ! Qu’est-ce que professionnaliser les cursus universitaires ?

Une licence Lancôme à Paris 8 , en Italie un master marketing après une licence de philo, à Rennes un master gestion des ressources humaines pour licencié-e-s de philosophie ! Vers quoi se dirige-t-on ?

- la place des étudiant-e-s dans la vie du département . Étant les premier-e-s concerné-e-s, nous aimerions avoir une place dans les réunions du Labex et par ailleurs dans toutes les instances de discussion et de décision qui concernent nos vies universitaires.

Un département n’existe que par les acteurs qui le portent. Qu’elle est la nature de notre département, son fonctionnement, si il ne tient pas compte des étudiant-e-s ?

- APOGEE. Comment continuer à se rencontrer si à présent les diplômes sont coupés en années strictes et comment conserver une souplesse quant à la maquette et affirmer que la recherche démarre dès la première année de licence ?

On propose la création d’un espace de rencontre étudiant , une salle et une cafetière par exemple.

Il est soulevé qu’on peut le demander au niveau de l’UFR.

On appelle à une réunion de département le lundi 28 novembre à 10 h et un rendez-vous mardi 22 novembre à 10h également, en A029, pour la préparer.

Les étudiant-e-s de philo appellent aussi à la grève le jeudi 24 novembre en solidarité avec l’ensemble des mécontent-e-s de l’université ( biatos, profs, étudiant-e-s) et appellent à participer à la journée fac morte ( rdv devant la coupole de 9 à 18h avec petit dej, barbecue, etc ...).

Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de luttes

http://www.solidaires-etudiant-e-s.orgVoir la version mobile